Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 14:52

aboutportant1.jpg

Je vais faire un coming-out dont j'ai honte, avant, je ne voulais pas entendre parler du "cinéma français", c'était très réducteur de ma part, et le film dont je vais parler tord completement le cou à mes préjugés de raciste culturel que j'étais.

A vrai dire, bien plus que ce film, c'est le réalisateur du-dit film qui m'a fait complètement changer d'avis sur le sujet.

Sans tomber dans le fanboy-isme, Fred Cavayé, le réalisateur a su me faire accepter le fait que oui, des scénaristes français sont capables d'écrire des histoires cools, que oui, des réalisateurs sont capables de filmer de l'action dite "classe", et que oui, des acteurs sont capables de ne pas surjouer ou d'être tout simplement crédibles dans des films d'action.

 

Jusqu'à l'année dernière, je pensais sincèrement que le chromosome du comédien français l'empechait de jouer dans des films d'action. Je sais, c'est terrible, j'étais un sale xénophobe.

Et puis Fred Cavayé est arrivé, tel Martin Luther King, et m'a ouvert les yeux avec son premier film "Pour Elle", dont j'ai déjà parlé sur ce blog.

Alors résumer un réalisateur à un seul film, c'est souvent réducteur, surtout quand il n'en fait qu'un. A savoir que Pour Elle a depuis subit un remake américain (oui en moins d'un an après sa sortie) avec Russel Crowe qui sort dans 15 jours.

Du coup fatalement, tout le monde attendait ce nouveau bébé made in cavayé du gentil nom d'"A bout portant". Un titre qui annonce tout de suite la couleur.

 

Car s'il y avait bien eu un probleme avec Pour Elle, c'était la promo du film. Pour Elle avait été vendu en france (l'affiche, la bande annonce etc) limite comme un film d'amour dramatique, alors que pas du tout, la France, frileuse du boul', n'avait pas vraiment suivi la ligne éditoriale du film, à savoir "un thriller d'action". Car oui, si l'on peut vraiment coller une étiquette sur le popotin de Fred Cavayé ce serait Thriller d'action.

Des films froids, durs, avec des personnages complexes, le tout enrobé de scènes d'action couillues avec un montage très rentre dedans.

 

C'est pourquoi Fred Cavayé se pointe avec un A bout portant vraiment taillé pour laisser passer un message simple au niveau de la promo, que ce soit au niveau du titre, de l'affiche, du casting, des bandes annonces : Ce film d'1H25 ne s'arrete jamais, et bourrine à tout va.

 

aboutportant2.jpg

A bout portant racontre l'histoire d'un mec , Samuel (Gilles Lellouche), simple interne dans un hopital qui va devoir faire évader un criminel notoire ( Roschdy Zem) pour sauver sa femme kidnappée.

 

Le scénario de base tient donc en deux lignes, et on peut y retrouver une thématique déjà propre à Fred Cavayé, l'histoire d'un monsieur tout le monde qui se retrouve projeté dans une situation extradordinaire de cinéma. Un thème déjà propre à John McTiernan que l'on retrouve un peu dans tous ses films.

Mais l'histoire de Fred Cavayé amène une masse incroyable de sous-intrigues, de guerre des polices avec l'excellent Gerard Lanvin qui se trimballe une gueule de salaud plus vraie que nature, de scènes d'action dantesque (les scènes dans le métro, j'y reviendrai plus tard), d'idées absolument géniales (comme la "communauté criminelle" parisienne qui se mobilise). Un scénario incroyablement dense qui finalement coule tout seul sans une masse de dialogues nauséabonds que l'on retrouve trop souvent dans les mauvais films français (oui, je suis xénophobe).

 

Je parlais tout à l'heure de la durée du film, 1H25, ça peut rebuter, mais non, quand on sort de la salle on a l'impression d'avoir vu un film beaucoup plus dense que ça. D'abord grace au scénario, qui amène un sacré tas d'idées, de rebondissements, et de situations très différentes, mais aussi grace à la réalisation des scènes d'action, qui compte une bonne demi-douzaine de passages "à couilles" grandiloquents.

Je m'explique, le tournage a été très compliqué car Fred Cavayé a amené son équipe en milieu urbain pour son film. Pas en banlieue par facilité comme ferait Luc Besson, mais en vraiment en plein Paris.

Par exemple, cette scène de course poursuite en plein métro parisien (les autochtones reconnaitront le bordel de la station Auber), est un véritable suicide au niveau de la production (on ne peut tourner que 4H par jour dans le métro), et pourtant on se retrouve avec une très longue scène ultra nerveuse dans les méandres du métro. Et puis la puissance du climax de la dernière scène du film mérite vraiment le coup d'être vue, on se retrouve avec les deux héros dans une situation surréaliste, où l'angoisse est viscerale.

 

Il était attendu au tournant. Avec ce film, Fred Cavayé prouve définitivement qu'il a les burnes d'un grand réalisateur d'action, la plume d'un très très bon scénariste, et un directeur d'acteur incroyable (Roschdy Zem doit prononcer une 20aine de phrases dans le film, et pourtant... j'ai l'impression d'assister à la naissance d'un tueur du cinéma).

Davy et moi recevons Fred Cavayé dans le prochain J'irai Loler sur vos tombes afin de parler d' About Portant, ainsi que son prochain projet dont l'histoire est très barrée et donne immédiatement la trique.

 

....

 

Mais je me rends compte que j'en fais trop. Je me rends compte que je n'en dis que du bien.. que ça peut paraitre exagéré.

En gros : je ne suis pas objectif parce que je surkiffe le film ainsi que le réalisateur.

Du coup il faudrait que je termine cette critique par une accroche coup de poing, sauf que voilà, je ne suis pas du tout objectif à propos de ce film.. Alors.. éventuellement je pourrais me tourner vers quelqu'un un peu plus réaliste quand aux qualités de ce long métrage.

J'ai beaucoup réfléchi, et puis j'ai trouvé la personne à qui demander, donc j'ai pris mon portable...

 

aboutportant4.jpg

 

A bout Portant de Fred Cavayé avec Gilles Lellouche, Roschdy Zem, Gerard Lanvin, le 1er décembre au cinéma.

Partager cet article

Repost 0
Published by Monsieur Poulpe - dans Livin' la vida loca
commenter cet article

commentaires

scoubab00 14/03/2015 02:58

J'espère pour lui que Roschdy Zem n'est pas payé au nombre de mots qu'il débite sinon il est au RSA.

marie 04/12/2010 21:47


j'ai beaucoup aimé ce film, prenant et bien joué mais le gros n'importe nawak, c'est justement la scène dans le métro ! Risible pour qui habite Paris et qui se demande comment on va de Pyramides à
Opéra à St Lazare juste en passant par les couloirs !


kiko 26/11/2010 22:06


tu te la petes avec ton repertoire top la classe!


Mavieestgreat 25/11/2010 17:14


TU CON2 IR2VER9CIBLE PLOUP ?


Toto 24/11/2010 14:16


Faudra que tu fasse une IRL sur annonay un de ces jours. Chez toi par exemple.


Le Blog En Mode Corporate

  • : Le blog de Monsieur Poulpe
  • : Si internet a été créé, c'était pour y placer ce blog sur un coussin en velours.
  • Contact

<3

facebook.pngtwitterinsta

Recherche

Le geek c'est chic :


tshirtmmg-copie-2.jpg

 

tshirtkarateboy1.jpg